Ville de La Valette

AccueilDécouvrir ma villeEspaces naturelsLe parcours des fontaines

Le parcours des fontaines

C’est un autre petit tour en ville… Rafraîchissant et instructif sur l’histoire de La Valette. Une ville qui, au fil des siècles, a bâti sa richesse et ses habitudes de vie sur l’eau qu’il fallait domestiquer pour le bon usage quotidien de chacun.

  • La fontaine Jeanne
  • La fontaine de la Révolution
  • La fontaine de Samson à Baudouvin
  • La Font Vieio
  • La Font-Longue

La Grenouille

Datée du XVIIème , elle était à l’intérieur de la propriété de l’Enclos située au coin de l’actuelle mairie alors maison de maître (Le Château du Clos). En lieu et place de la Caisse d’épargne et de la Poste, il y avait le bassin où l’on jouait à la targo (joute provençale). Quand il fut démoli, le bassin fut transféré à son emplacement actuel.

La Font-Longue

Une première fontaine est signalée à cet emplacement dès 1668. En 1757, elle devient Fontaine du Portalet ou de la Chapelle. En 1826, le bassin octogonal équipé de pierres inclinées devient lavoir public. Le plus couru et le plus confortable pour les lavandières d’alors, en témoigne la toile du peintre Amoretti.

Elle est ornée d’un obélisque en souvenir de Napoléon dont la famille a séjourné à La Valette en 1793, durant le siège de Toulon. L’obélisque est surmonté de la pigne, symbole de La Valette depuis 1696.

La fontaine de la Révolution

Sise sur la place Carnot, elle est aussi nommée fontaine de la République, Font-Abreuvoir ou encore fontaine de la Révolution.

Bassin circulaire de 2,75 m dont le fond était pavé de briques, il est surmonté d’une colonne de 1,25 m au sommet de laquelle un réservoir distribuait l’eau par quatre déversoirs. A l’intérieur du bassin, une pierre de taille était disposée sous chaque déversoir. Le tour de la fontaine était bordé d’une marche dans laquelle circulait l’eau du ruisseau d’écoulement.

La fontaine dans sa forme actuelle date de1859. Elle fut modifiée et dédiée à la Révolution Française en 1889.

La Font Vieio

Située avenue Char Verdun, elle est datée de 1586 et doit son nom à l’une des plus vieilles fontaines mères qui l’alimentait par une conduite souterraine. C’est un bassin de 3 m de long et 0,80 m de large, adossé à la façade de l’immeuble et alimenté par deux griffons.

L’inscription Fouant d’Espargno est récente et due à la présence d’une succursale de la Caisse d’épargne de Toulon dans les années 50.

La fontaine de la Convention

Une première fontaine dite de la Gourguette fut construite en 1561 mais son emplacement n’est pas défini de façon précise. Le nom de Gourguette provient du ruisseau profond qui évoquait une petite gorge (gouargo en provençal). Une nouvelle fontaine, la Fontaine Neuve fut construite en 1779 devant l’actuelle boulangerie. Elle est alimentée par un canal souterrain, tuyau de terre cuite qui aboutit au lavoir, le canal de la Renardière.

Cette fontaine fut reconstruite en pierres de Tourris, avec un lavoir en 1858 et appelée Fontaine Ste Cécile ou Font Crousade ou Croustade car elle était surmontée d’une croix.

L’oustau de l’Aïgo

L’existence de ce moulin remonte au XVème siècle.  Maintes fois reconstruit, tour à tour moulin à huile et à  farine, il fut propriété du Prieur puis de la Ville. La dernière construction date de 1777, il devient alors le moulin de Ste Cécile. En 1950, le bassin est transformé en lavoir, dernier lavoir communal qui sera fermé en 1987 et transformé en salle d’exposition aujourd’hui dénommée Le Lavoir…

Le pont Sainte-Cécile

Il s’agit du plus ancien ouvrage bâti sur le cours de la Foux. Commencé au XVe siècle, il fut consolidé au fil des siècles et reste en service jusqu’en 1980. La Foux se jette dans le ruisseau de la Baume dont le nom change plusieurs fois (Gaudissart, St Joseph, l’Eygoutier). En contrebas de celui-ci, on trouvait des bassins de rouissage du chanvre destiné aux voiles et cordages de la marine toulonnaise.

La fontaine Jeanne

Creusée en 1345 sur ordre de la Reine Jeanne lors de son passage à La Valette,  elle était destinée à abreuver les troupeaux des prairies environnantes. Sa source proviendrait du Prieuré, avant d’alimenter la serve des Icards et la Foux.

A l’emplacement de l’actuelle bastide de Baudouvin – qui n’était alors qu’une modeste bergerie – l’eau s’écoulait en un simple ruisseau d’irrigation. En 1548, on recreusa la source et on établit une galerie. Ce fut la première des conduites d’eau communales.

La fontaine de Samson

Située dans la propriété même de Baudouvin, elle porte le nom de la statue qui la surmonte. L’œuvre représente Samson terrassant un lion et fut construite au XVIIème siècle par le seigneur De Thomas, à l’occasion du mariage de son fils avec une demoiselle de Nas de Tourris. L’interprétation allégorique marque la domination de la seigneurie de Baudouvin (incarnée par Samson) sur celle des Nas de Tourris dont l’écu porte un lion tirant la langue.

La statue fut déplacée par les Allemands en 1942 et réinstallée par l’Amiral Barjot en 1957.

La légende promet le bonheur aux jeunes mariés qui viennent boire son eau. Et veut que les jeunes épousés y puisent vigueur et fécondité…

Ville de La Valette du Var
Place Général de Gaulle - 83160 La Valette du Var - Téléphone : 04 94 61 90 90 - Fax : 04 94 61 90 66
adresse
contact : e-mail

http://www.lavalette83.fr/du-coeur-et-du-caractere/la-valette-bonheur-nature/le-parcours-des-fontaines-69.html