Histoire et patrimoine

La Valette préserve aujourd’hui les traces d'un riche passé enchâssé en plein cœur de ville.

Un campanile, une église du XIIIème siècle, sans oublier les multiples fontaines desquelles coula la prospérité d’antan ; tout cela constituant un patrimoine plus vivant que jamais.

Un blason généreux

Les armoiries de la ville figurent une pigne de pin.

L’histoire veut que, durant l’épidémie de peste qui ravagea la région au XVème siècle, La Valette porte secours à sa voisine : Pignans.

Et c’est pour signifier sa reconnaissance que cette dernière se sépara à jamais d’une des trois pignes qui ornaient jusqu’alors son blason, pour en faire don à La Valette qui l’arbore depuis.

Quant aux couleurs de ces armoiries, elles restent aujourd’hui encore définies comme suit : D’azur en pomme au cœur d’or. Autant de symboles qui attestent d’un esprit généreux.

Village fortifié au Moyen-âge – en témoignent les vestiges du castrum – La Valette est rattachée à Toulon jusqu’au XVII° siècle. Les Valettois retrouvent alors plus d’autonomie avant de se libérer complètement des servitudes seigneuriales en 1789.

A la Révolution, la ville compte quelque 2000 habitants. Population qui se consacre essentiellement à l’agriculture, activité économique qui lui confère son identité et lui procure une certaine aisance.

Durant la seconde guerre mondiale, La Valette est libérée par la 1ère armée du général  De Lattre de Tassigny. Le char d’assaut Verdun fièrement campé aujourd’hui à l’entrée de la ville, témoigne de cette libération et du courage des hommes qui l’ont accomplie.